Archivé — Développer la capacité de questionnement

Informations archivées

Information identifiée comme étant archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’a pas été modifiée ni mise à jour depuis la date de son archivage. Les pages Web qui sont archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez la demander sous d’autres formes. Ses coordonnées figurent à la page « Contactez-nous »

Une question n'est pas une recherche. Pour réaliser un projet fondé sur la recherche, les élèves ont besoin d'une imposante base de connaissance pour être en mesure de formuler des questions utiles pour eux et pour les autres.

Selon Shirley Turner, il y a inévitablement une dissension entre la connaissance ordinaire du monde qui nous entoure et le type de connaissances que sous-entend l'étude dirigée. D'une part, les élèves ne connaissent pas réellement une chose tant qu'ils ne sont pas en mesure de s'exprimer dans une langue et par des concepts qui leur sont familiers. D'autre part, les concepts et la langue qu'ils connaissent déjà ne conviennent probablement pas.

Parallèlement, au secondaire, les pairs commencent à exercer des pressions — particulièrement en 9e et 10e année — affirmant qu'il n'est pas cool de rester à l'école. Il arrive que ces pressions empêchent les enfants de poser des questions, mentionne Shirley Turner. S'ils arrêtent de se questionner, ils interrompent le développement des habiletés de communication dont ils ont besoin pour demander et partager des renseignements avec leur enseignant et leurs camarades.

Il est essentiel d'inciter les élèves à poser des questions pour leur permettre de bâtir leur fonds de connaissances, et ainsi observer de quelle façon ils réagissent aux choses qu'ils ont apprises. Par exemple, Steven Van Zoost a relevé une citation qu'il aimait dans un roman qu'étudiaient ses élèves et l'a transcrite sur la porte de sa classe. « Une société qui ne permet pas aux femmes qui la composent de s'éduquer est vouée à l'échec. » Curieux de savoir comment ses élèves réagiraient, il leur a demandé, un jour à leur sortie de la classe, ce qu'ils en pensaient.

Toutes les filles, sans équivoque et sans aucune hésitation, se sont dites d'accord. Les garçons ont tous demandé des éclaircissements avant de se prononcer : « Qu'entendez-vous par échec? Quel niveau d'éducation? » Cela lui a confirmé qu'il y a avait matière à développement. Afin de donner aux élèves davantage d'acquis — des éléments sur lesquels fonder leurs opinions — il leur a demandé de lire le roman Mille soleils splendides qui traite du rôle de la femme dans la société afghane. (voir l'article Harmoniser les quêtes personnelles aux objectifs du programme)

Pour amorcer une recherche, les élèves doivent également acquérir la langue et les concepts qui leur permettront de formuler des questions de manière à alimenter un projet de recherche, ajoute Mme Turner. Une de ses élèves de chimie, par exemple, intriguée par le fait que la margarine semble ne jamais rancir, en a mis un pot dans son jardin et a constaté que les insectes ne s'y intéressaient pas. « Cela ouvre la voie à une recherche intéressante, affirme Shirley Turner. Pourquoi cela s'est-il produit? » Plus intéressant encore, que s'est-il passé exactement?

Avant d'entreprendre une recherche qui leur sera utile, les élèves doivent acquérir davantage de connaissances. Ils doivent apprendre à poser des questions de manière scientifique. Les scientifiques ne s'intéressent pas vraiment à la détérioration des aliments, mais plutôt aux processus chimiques et biologiques qui se produisent ou non. (voir l'article Parler le langage des vrais scientifiques)

Steven Van Zoost et Shirley Turner conviennent tous les deux que le simple fait de susciter l'intérêt des élèves pour la matière enseignée en vaut la chandelle. Mais pourquoi s'arrêter là? Shirley Turner a élaboré des pratiques d'apprentissage qui aident les élèves à s'initier aux concepts et au vocabulaire inhérents à une discipline pour exprimer leur curiosité. Steven Van Zoost s'inspire parfois des recherches de ses élèves pour développer un programme animé par les élèves.