Archivé — Une maison d'édition à l'école

Informations archivées

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces informations dans un autre format, veuillez communiquez avec nous.

En montant un dossier de travail dans le but de produire un ouvrage, les élèves imitent ce que font les vrais auteurs — en particulier ceux qui écrivent pour un public — et apprennent à améliorer la qualité de leur travail.

L'édition à la carte permet de transformer une salle de classe en maison d'édition. « Les livres sont imprimés suivant les besoins et les coûts initiaux sont minimes, affirme Michael Ernest Sweet. On peut le faire pratiquement sans budget — si une classe peut vendre 50 exemplaires à l'avance, il est possible d'atteindre le seuil de rentabilité. »

Le processus

Contrairement à d'autres travaux scolaires ordinaires, la rédaction d'une publication nécessite plusieurs ébauches. Les élèves remettent une quantité de versions améliorées de travaux déjà notés. Cela leur permet de peaufiner leur travail, et d'apprendre à résoudre des problèmes soulevés dans des ébauches préliminaires. « C'est une très bonne façon de travailler en arts du langage, même si vous n'écrivez pas pour être publié », ajoute Michael.

Tout au long de l'année, les élèves montent un dossier sur le domaine de l'ouvrage en question (l'environnement, par exemple). Ils tirent de ce dossier les pièces qui seront présentées pour être publiées et qui seront réunies dans un manuscrit au moyen du logiciel de traitement de texte Microsoft Word. Le fichier est monté selon les paramètres appropriés (en Amérique du Nord, par exemple, les livres de poche ont un format de six pouces par neuf ou de 15,24 cm par 22,86 cm).

Les élèves révisent ensuite les pièces pour s'assurer qu'elles sont prêtes à être publiées. Ils proposent en général des améliorations, mais il arrive qu'ils demandent la réécriture de certaines pièces ou qu'ils en rejettent carrément. Michael et un corédacteur révisent également les textes à cette étape.

Pendant ce temps, on procède à la mise en page et à la préparation du manuscrit final. Les élèves ont ainsi l'occasion de découvrir le titrage et le caractère de titrage sur une page d'affiche et de produire tous les composants d'un ouvrage, comme la table des matières.

Le projet fait également appel à des compétences transversales. Par exemple, les élèves analysent le coût par unité et déterminent le prix qu'ils pourraient demander pour chaque exemplaire. Ils calculent le profit et décident de ce qu'ils en feront — souvent, ils financent des projets caritatifs dans la collectivité. « Au fil des ans, mes élèves ont remis entre 4 000 et 5 000 $ à l'Hôpital de Montréal pour enfants, dit Michael. Grâce aux profits qu'ils ont tirés de notre projet qui avait pour thème l'environnement, ils ont fait un don important à l'organisme Sentier transcanadien. »

Ressources

Le projet d'édition en question est monté sur une plate-forme externe sur le Web. Michael privilégie un site du nom de Lulu (http://www.lulu.com/), qui utilise un processus simple pour le téléchargement de texte. Il suffit aux utilisateurs de convertir le fichier Microsoft Word en un fichier PDF et de créer un fichier distinct pour les textes préliminaires — c'est-à-dire la table des matières, l'introduction, les remerciements et l'information sur les droits d'auteur. En conservant ces fichiers à part, on s'assure que la numérotation des pages du contenu principale commence à un. L'assistant de création d'une page couverture de Lulu vous dirige pas à pas. Pour les photos en page couverture, Michael utilise l'application iStock (http://www.istockphoto.com/).

Lulu attribue aussi un ISBN, un numéro que chaque livre publié doit porter en vertu d'une convention internationale. De plus, le service met sans frais l'ouvrage sur Amazon et organise la distribution à l'échelle mondiale à un prix de gros raisonnable, actuellement de 99 $. Bien entendu, un enseignant peut également commander un petit nombre d'exemplaires pour les librairies locales.

Enfin, les éditeurs de la classe peuvent contacter Bibliothèque et Archives Canada, étant donné qu'un exemplaire de chaque ouvrage publié au Canada doit être remis à cet organisme gouvernemental, afin d'y être entreposé conformément à l'exigence de dépôt légal. La Bibliothèque fournira, avant la publication, l'information de catalogage à l'intention des bibliothèques qui doit être imprimée sur la page des droits d'auteur. « Cette information facilite la vie aux bibliothécaires et les incite à mettre le livre sur leurs rayons », explique Michael.