Archivé — Un esprit curieux est avide de connaissances

Informations archivées

Information identifiée comme étant archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’a pas été modifiée ni mise à jour depuis la date de son archivage. Les pages Web qui sont archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes applicables au Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique de communication du gouvernement du Canada, vous pouvez la demander sous d’autres formes. Ses coordonnées figurent à la page « Contactez-nous »

Photo

La curiosité est un trait de caractère naturel chez l'humain, mais il y a une différence entre vouloir approfondir ses connaissances par curiosité et entreprendre des recherches universitaires. Le défi perpétuel dans le domaine de l'éducation est de tenter d'établir un lien entre les expériences et interrogations des élèves et les matières qu'ils étudient.

Prenons l'exemple d'un problème mathématique classique. Un homme sort de chez lui et voit l'autobus quitter l'arrêt en face de chez lui et accélérer à une allure donnée. Il commence à courir vers l'autobus à une certaine vitesse. Rattrapera-t-il l'autobus?

Ce type de problème vise à tester la capacité des élèves à transposer une description en langage ordinaire en une équation mathématique. Mais celui qui court pour attraper un autobus pense-t-il de cette façon?

Selon Shirley Turner, nos écoles réussissent très bien à soumettre aux élèves des questions aux réponses prédéfinies, mais ne réussissent pas toujours à leur enseigner à faire un lien entre les événements de la vie courante et ce qu'ils apprennent à l'école. Les élèves doivent apprendre à se poser des questions auxquelles ils ne connaissent pas d'emblée la réponse, afin de développer des moyens de chercher et de trouver les réponses.

Certains enseignants incitent les élèvent à poser des questions en échafaudant un projet qui les oblige à déployer des efforts soutenus pour atteindre un but complexe. Plutôt que de s'attaquer à un ensemble de problèmes déterminés, les élèves de Dan Buchanan entreprennent un grand projet ou une grande recherche — un projet qu'ils doivent décomposer en questions individuelles auxquelles ils doivent répondre. Ainsi encadrés, ils créent des sites Web élaborés qui décrivent avec réalisme des voyages imaginaires entrepris au Canada.

En revanche, Jean-Pierre Frigon aborde le programme d'histoire en demandant à ses élèves d'interviewer de vraies personnes qui ont vécu des événements réels, en particulier la Seconde Guerre mondiale. « Pour vraiment comprendre la signification des événements qui ont changé le monde, dit-il, vous devez étudier les gens qui les ont vécus. »

Pour Steven Van Zoost, il est essentiel de conjuguer la recherche et les objectifs du programme. Son approche de recherche donne aux élèves un fond de connaissances qui leur servira de base et qui les incitera à poursuivre leur propre questionnement. Ils travaillent ensuite avec eux pour harmoniser ces questions aux objectifs du programme, afin de leur permettre de satisfaire leur curiosité et d'acquérir les compétences nécessaires à l'obtention d'un diplôme.

Tous ces enseignants préparent les élèves à une vie de questionnement et de recherche. Quelle que soit la route qu'ils prendront, ces élèves auront les outils nécessaires pour devenir des apprenants indépendants.

Pour en apprendre davantage